Services et Accueil

Si, à travers les différentes concertation et recherches, la nécessité d’un hébergement d’urgence à Laval fait consensus, il apparaît nécessaire de considérer la « sortie » de l’urgence par la planification et l’actualisation d’un partenariat permettant un continuum de services appropriés et adaptés aux réalités et besoins spécifiques des personnes.

Dans cet esprit, les partenaires des réseaux public, municipal et communautaire s’investissent concrètement et financièrement en offrant des prêts de ressources humaines et du financement récurrent.

L’aviron offre depuis le printemps 2011, pour des hommes et des femmes des interventions visant la réinsertion sociale de la personne, l’autonomie, le cheminement personnel, la vie associative, le sentiment d’appartenance à sa communauté, bref, un lieu de transformation sociale qui répond aux besoins spécifiques de la personne, en respect avec la mission et la philosophie d’intervention de l’organisme :

  • 6 chambres en hébergement d’urgence (très court terme) ;
  • 6 chambres avec salle de bain intégrée pour des séjours de transition court-moyen terme (0-18 mois) ;
  • 6 studios supervisés pour des séjours moyen terme (max. 24 mois) ;
  • 12 « Logements abordables » (1 chambre-à-coucher) ;
  • Le partenariat avec des intervenants issus des réseaux public, municipal et communautaire ;
  • Des références aux organismes appropriés ;
  • Un service de soutien communautaire, notamment en préparation et en soutien post-hébergement.
Volet Urgence :

Une chambre d’urgence est disponible pour une nuit pour répondre aux besoins temporaires. Vous devez appeler chaque jour pour voir si la chambre est disponible, il n’y a pas de réservation. Vous devez quitter le lendemain midi. Vous serez logé et nourri gratuitement.

Cinq chambres d’urgence d’une durée de 1 à 21 jours. Les chambres sont individuelles. La durée du séjour est déterminée en fonction de vos démarches et de votre mobilisation.

Critères : Être âgée de plus de 18 ans, accepter prendre une douche et lavez tous vos vêtements à l’arrivée. Accepter de rencontrer un intervenant une fois par jour et de suivre le plan d’action. Aucune forme de consommation n’est tolérée à l’intérieur de la ressource. Notre équipe clinique se réserve le droit de refuser votre admission, mettre fin à votre séjour si vous êtes en état de consommation. Nous pouvons vous rediriger vers un service mieux adapté tels que thérapie ou désintoxication.

Volet transition :
Six chambres individuelles avec salle de bain et réfrigérateur. Le séjour peut aller jusqu’à 6 mois. Il y a des frais de 189$ et vous devez acheter votre nourriture et la préparer dans la cuisine commune.

Volet studio :
Six studios tout équipés. Il y a des frais de 189$ et vous devez acheter votre nourriture et utiliser le four de la cuisine commune.

Pour la transition en studio, il faut soit avoir fait un séjour en urgence à l’Aviron ou avoir entamé une démarche de réinsertion sociale dans une autre ressource.

Transition Studio
Avoir un plan d’action à l’externe X X
Avoir des activités régulières en lien avec sa réinsertion Au moins 2 Au moins 3
Avoir un suivi externe avec un professionnel X X
Avoir un certain niveau d’autonomie Être en mesure d’entretenir sa chambre et sa salle de bain, savoir se faire à manger, gérer ses rendez-vous, hygiène de base. Être en mesure d’entretenir son studio et sa salle de bain, savoir se faire à manger, gérer ses rendez-vous, hygiène de base, être en mesure de gérer seul sa médication (après environ un mois de séjour).
Stabilité au niveau de la consommation et de la santé mentale 1 mois 3 mois
Désire consolider ses acquis et continuer sa réinsertion sociale X X
Avoir un revenu stable afin d’être en mesure de payer tous les mois. X X
Place Brazeau

12 appartements 3 et demi, supervisés, pour une durée maximum de 3 ans.

Critères :
Ces logements sociaux s’adressent aux personnes autonomes vivant sur le territoire Lavalois, mais ayant besoin d’un soutien communautaire, selon les critères de la Société d’Habitation du Québec. Pour accéder à un de ces logements, la personne s’engage à participer à l’élaboration d’un plan d’intervention spécifiant des objectifs à long terme, en lien avec sa démarche de réinsertion sociale. Vous devez accepter de rencontrer une intervenante de notre ressource une fois par semaine.

LE PLAN D’INTERVENTION : UN OUTIL VISANT A LA RÉINSERTION SOCIALE DE LA PERSONNE

L’accueil est le moment privilégié pour le personnel d’amorcer un lien significatif avec la personne en demande d’hébergement.  Les objectifs de séjour ainsi que les besoins sont très rapidement identifiés avec elle.  Un plan d’intervention individuel, adapté à sa réalité et qui sera révisé régulièrement, est dès lors rédigé et mis en application.

Cette démarche structurée vise à la réinsertion sociale de la personne en l’impliquant dans une réflexion citoyenne, afin qu’elle se situe face au pouvoir qu’elle détient sur sa vie et qu’elle se mette rapidement en action. Ce type d’intervention exige de la souplesse : le plan d’action doit tenir compte du rythme de la personne, la respecter et favoriser l’action, tout en ayant des objectifs et des échéanciers réalistes et réalisables.

Les parcours et les séjours sont adaptés en fonction des objectifs visés, incluant, comme le tableau suivant le démontre, les stratégies d’employabilité. La personne reste au centre de la démarche et elle est soutenue tout au long du processus par notre personnel qualifié.

OBJECTIFS GÉNÉRAUX :
  • Favoriser et valoriser l’autonomie et le cheminement personnel;
  • Miser sur les capacités individuelles et de groupe à modifier et à agir sur leurs conditions de vie,
  • Développer un milieu de participation active et citoyenne.
OBJECTIFS SPÉCIFIQUES :
  • Répondre aux besoins de base
    se loger, se nourrir, être en sécurité
  • Favoriser et valoriser l’intégration sociale
    développer les habilités, les attitudes et les comportements
  • Favoriser et valoriser le cheminement personnel
    développer l’autonomie personnelle et les habiletés, explorer les intérêts et le potentiel, notamment par le biais de différents programmes de pré-employabilités, le bénévolat, etc.
  • Favoriser et valoriser l’exploration du marché du travail et le potentiel d’employabilité
    participer à des programmes de pré-employabilité, le bénévolat, etc.
  • Favoriser et valoriser les expériences de travail
    participer à des programmes d’employabilité, la recherche d’emploi et de stages, etc.
  • Favoriser et valoriser le retour/début sur le marché du travail
    participer à des programmes d’employabilité, la recherche d’emploi et de stages, etc.
LES MOYENS

Les moyens utilisés sont personnalisés et développés en lien avec les objectifs et les besoins déterminés dans le plan d’intervention.

OBJECTIFS ET PRIORITÉS 2010-2011

2010-2011
Participer à l’amélioration du continuum d’interventions (partenariat) adaptées aux besoins des personnes itinérantes de Laval, en offrant un hébergement d’urgence/dépannage et contribuer à améliorer la santé et le bien-être des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir.

  • Orientation 1 : Achat et aménagement d’un immeuble commercial, dans le secteur de Pont-Viau, afin d’y implanter un hébergement d’urgence très court terme.
    • Objectif : Répondre aux besoins urgents et critiques : dormir, manger, se vêtir, se laver.
    • 6 chambres d’urgence individuelles pour les hommes et les femmes
    • Intervention de jour (partenariat et collaboration d’organismes offrant déjà les services/activités, intervenants de l’Aviron)
    • Soutien communautaire en préparant le post-hébergement.
  • Orientation 2 : Aménagement d’un service d’hébergement de transition (0 à 18 mois).
    • Objectifs : Sortir la personne de l’urgence et maintenir les acquis- réinsertion sociale.
    • 6 chambres individuelles avec salle de bain intégrée, pour les hommes et les femmes
    • Intervention de jour (partenariat et collaboration d’organismes offrant déjà les services/activités, soutien communautaire) notamment pour la recherche de solutions moyen-long terme tel que aide sociale, appartement, obtention de cartes d’identité, amorce et démarches d’employabilité, etc.
    • Activités permettant la prise en charge, l’autonomie, la vie associative, le développement du sentiment d’appartenance, etc.
    • Soutien communautaire en préparation et planification du post-hébergement.

L’approche globale permet d’outiller adéquatement la personne, en tenant compte de son milieu de vie, de ses conditions de vie et de son environnement.

Améliorer les conditions de vie et développer un partenariat avec les différents acteurs du territoire afin de prévenir et contrer l’itinérance.

  • Orientation 3 : Aménagement d’un service de soutien communautaire et d’appartements supervisés, durée limitée (2 ans max).

Objectifs : Supporter la personne hébergée (appartements supervisés et hébergement d’urgence/dépannage) dans le maintien des acquis- stabilisation au niveau du logement, gestion de budget, autonomie, vie associative, sentiment d’appartenance, création d’un réseau de soutien, recherche d’emploi,  etc.

    • 6 studios supervisés
    • Interventions supportant la réinsertion sociale, la transition, le suivi des démarches, la vie associative, le sentiment d’appartenance, la connaissance des ressources du milieu, la création d‘un réseau de soutien.

L’Aviron, à titre d’OCA, valorise l’autonomie et le cheminement personnel en misant sur les capacités individuelles et de groupe à modifier et à agir sur les conditions de vie.  Il devient un milieu de participation active et citoyenne par son intérêt pour l’éducation populaire, donc un lieu de transformation sociale.

  • Orientation 4 : Participation à un partenariat « continuum de services » (communautaire, réseau public) pour la personne itinérante lui permettant de sortir de l’urgence.
    • Références
    • Développement/participation/collaboration aux réseaux d’interventions (viabilité des solutions à long terme et résultats tangibles)

Les organismes communautaires et publics déjà en place et offrant des services/activités de qualité permettent à la personne de se reconstruire et de se réapproprier son pouvoir d’agir sur sa propre vie et son environnement.  Ils sont le moteur du processus d’intervention et l’Aviron devient un outil essentiel.
La diversité des approches, des modes de fonctionnement et des cultures de ces organisations constituent une richesse qui se doit d’être respectée et préservée.

  • Orientation 5 : Favoriser la création de logements abordables avec soutien communautaire.

Objectifs : Supporter la personne dans la consolidation des acquis.

  • 12 appartements de 1 chambre-à-coucher
  • Participation à l’accroissement de l’investissement dans les services associés à la stabilité
  • Interventions en suivi post-hébergement, incluant les démarches d’employabilité

RÉSULTATS QUANTITATIFS

  • Ouvrir une nouvelle ressource d’hébergement, aménagée (incluant la mise à norme, RBQ ), meublée et pouvant accueillir des personnes en hébergement d’urgence, en transition (court/moyen terme) et en appartement supervisés.
  • Offrir des logements abordables.
  • Offrir des services permettant 300 hébergements, annuellement
  • Réduire le temps d’utilisation de services tels que policiers pour régler une situation psychosociale et permettre des alternatives aux solutions rapides, mais temporaires, voir éphémères (maintien dans un contexte latent d’urgence).
    • Servir de point d’entrée connu par la communauté et les institutions/ organisations/services (policiers, CSSS, OCA, etc.).
    • Référer et collaborer avec les autres ressources adaptées aux besoins et réalités de la personne.
  • Maintenir et développer des mécanismes de partage, de soutien et de développement d’expertise ainsi que des stratégies de coordination pour l’ensemble des actions (continuum de service dans un contexte de problématique multiple) en prévention de l’itinérance et de l’exclusion sociale des personnes en situation d’urgence, ce qui évite que la personne ne chemine d’un organisme/ service/ institution à l’autre.
  • Maintenir et développer des services de soutien communautaire qui permettent, lorsque la personne n’est plus en urgence, le maintien puis la consolidation des acquis– stabilisation au niveau du logement, gestion de budget, amorce et démarches d’employabilité, le sentiment d’appartenance à une communauté.  La personne n’utilise plus les services en urgence, plus ou moins régulièrement.
  • Stabiliser la personne en lui offrant un service d’hébergement d’urgence et de soutien communautaire, qui dès l’accueil, planifie avec elle un plan d’actions pour sortir de l’urgence.

Actuellement, les policiers (centrale 911) sont appelés lorsqu’une personne est à la rue, car il n’y a pas de ressource lavalloise dédiée exclusivement à ce type de clientèle.

Les policiers font généralement appel à la Division urgence sociale pour une référence en hébergement.  La Division peut référer, de jour, à des foyers d’hébergement privés, pour hommes seulement, sans problématiques majeures (alcoolisme et/ou toxicomanie, santé mentale, etc.).  La nuit, les personnes sont transférées à des ressources montréalaises, avec déplacements par les différents intervenants.

Il n’y a pas de place d’hébergement pour les femmes en difficulté, autre que violence conjugale, à Laval.  Ces femmes sont toutes transférées dans les ressources montréalaises.

1 Régie du bâtiment du Québec.

  • Amélioration de la qualité de vie, du sentiment d’appartenance, la création de lien avec le milieu (organismes, réseau d’entraide);
  • Supporter la personne dans sa prise en charge par la participation aux activités et aux services d’autres organismes lors d’un hébergement d’urgence ou de dépannage;
  • Maintenir le lien avec l’organisme référent et éviter l’éparpillement.
  • Éviter que la rue soit une solution aux problèmes vécus;
  • Permettre aux citoyens lavallois d’obtenir des services d’hébergement d’urgence dans leur communauté et ainsi éviter d’être orientés vers les gîtes montréalais;
  • Compléter l’offre de service à la population à risque d’itinérance sur le territoire de Laval en partenariat avec les ressources du milieu déjà existantes;
  • Assurer un filet de sécurité pour la personne à risque d’itinérance et l’orienter vers les ressources lui permettant de stabiliser sa situation et sortir de l’urgence;
  • Offrir du soutien communautaire ainsi que de l’accompagnement en lien avec les besoins et objectifs identifiés par la personne;
  • Offrir chambres de transition et des appartements supervisés qui permettent à la personne de développer/maintenir ses acquis liés à l’autonomie, incluant les démarches en employabilité;
  • Devenir un organisme pivot en matière d’itinérance sur le territoire.

INDICATEURS DE RENDEMENT

Nombre de demandes d’hébergement

  • Nombre de personnes hébergées (âge, sexe, etc.);
  • Nombres de personnes référées (où, motif);
  • Nombre de personnes en démarche d’emploi (programmes, stages, démarches);
  • Nombre de personnes en suivi ou ayant stabilisé;
  • Nombre de transferts à Montréal;
  • Nombre de références (par les collaborateurs/citoyens et vers les collaborateurs);
  • Participation aux activités de vie associative (voir les objectifs 2009-2011).

Comparatif du nombre de déplacements par des policiers (années antérieures).

Statistiques générales d’interventions et de résultats.

MÉTHODE DE SUIVI DU PROJET :

Dès l’ouverture :

  • Utilisation d’un cahier de bord.
  • Suivi statistique (cf. indicateurs de rendement)
  • Ouverture de dossiers d’interventions et de suivi.
  • Nombre de partenariats formels développés.